Lecture de la société du spectacle de Guy Debord

Créé le 25/08/2013 - Mis à jour le 12/12/2014

1. "Toute la vie des sociétés dans lesquelles règnent les conditions modernes de production s'annonce comme une immense accumulation de spectacles.Tout ce qui était directement vécu s'est éloigné dans une représentation."

2. (...) "Le spectacle" doit être entendu "comme inversion concrète de la vie" et "le mouvement autonome du non vivant."

3. "Le spectacle se présente à la fois comme la société même, comme une partie de la société , et comme un instrument d'unification.En tant que partie de la société, il est expressément le secteur qui concentre tout regard et toute conscience.Du fait même que ce secteur est séparé, il est le lieu du regard abusé et de la fausse conscience;et l'unification qu'il accomplit n'est rien d'autre qu'un langage officiel de la séparation généralisée."

4. "Le spectacle n'est pas un ensemble d'images, mais un rapport social entre des personnes, médiatisé par des images."

6."Le spectacle, compris dans sa totalité, est à la fois le résultat et le projet du mode de production existant.Il n'est pas un supplément au monde réel , sa décoration surajoutée.Il est le coeur de l'irréalisme de la société réelle.Sous toutes ses formes particulières, information ou propagande, publicité ou consommation directe de divertissements, le spectacle constitue le modèle présent de la vie sociale dominante.Il est l'affirmation omniprésente du choix déjà fait dans la production, et sa consommation corollaire. (...) Le spectacle est aussi la présence permanente de cette justification, en tant qu'occupation de la part principale du temps vécu hors de la production moderne."

 

Guy Debord.

 

Commentaire Personnel: La raison pour laquelle je souhaite proposer une lecture de la société du spectacle, et recueillir des commentaires de membres de Band Of Nuts, se tient au niveau du média que nous utilisons: l'internet. Je ne sais pas ce que Guy Debord aurait pensé de l'internet, mais personnellement et esthétiquement mes articles se situeront, selon une formule de l'école situationiste représentée par Guy Debord; en référence, heureuse ou malheureuse, aux films d'Hollywood que sont Matrix et V pour Vendetta. Il s'agit de spectacle à grande échelle et ce que je fait fait aussi parti d'une mise en scène spectaculaire mais qui site ses sources et tente de faire connaître une oeuvre difficile en restant fidèle au texte et en ne situant mon intervention que sur le choix des arguments numérotés dans le livre.En fait il me semble que l'auteur de la société du spectacle a anticipé et décrit les transformations des luttes de classes; et non uniquement la lutte des classes de Marx, en fractionnant la notion de classe au niveau de chaque individu selon leur conscience du fonctionnement de ce qu'il appelle la société du spectacle qui ne présente pas une lutte entre capitaliste et prolétaire uniquement; mais entre acteur et spectateur dans le cadre "de la séparation généralisée" pour citer Guy Debord.Il y a plusieurs front dans la lutte contre la société du spectacle et les clivages existants et théorisés par Marx sont multipliés, il me semble, au niveau de la conscience personnelle de chaque individu.Or, internet est un outil plus adapté à une guérilla d'individus décidant de porter leur conscience au moins au niveau de l'affirmation d'une pensée originale.Si vous le souhaitez n'hésitez pas à commenter cet article cela m'aidera en retour sur mes commentaires.

 

Anis.

 

 

La suite au prochain article. Bien Amicalement.
ataieb

Commentaires

Vous devez être connecté pour taper un commentaire.